L’estime de soi est la perception d’une personne de sa propre valeur.

Estime de soi : comment cultiver une image positive ?

L’estime de soi, c’est comme les fleurs. ça se sème, ça s’arrose mais c’est également fragile. Donc ça s’entretient, ça se régénère, ça refleurit, …. Qui n’a jamais eu de moments bofs, de débuts de semaine compliqués, des regards dans le miroir gênés ? Je parle de ces moments où nous avons du mal à être positif et à avancer pour reprendre le cours de notre vie. Souvent ces moments compliqués sont en liaison directe avec l’estime que nous avons de nous-mêmes. Vous voyez, ces moments où l’on ne se trouve pas assez belle, compétente, douée, jolie, bronzée, bien habillée, bonne, experte, en forme, sportive, à la hauteur…

Petite confidence : J’écris ces lignes sur un air de Démis Roussos. Mon père s’est découvert une nouvelle passion et s’exerce à l’orgue. Il a du talent ! Et comme je l’aime beaucoup, je le soutiens dans sa passion (même si je préfèrerais un air plus moderne et moins orgue d’église). Ça lui fait du bien de voir que je suis attentive à son talent et cela contribue à l’estime de lui. Vous verrez, plus bas, que l’entourage a une influence importante sur notre estime de soi.

Ah au fait, moi, c’est Maryse ! Je suis coach dans l’équipe d’Une touche de joie, j’adore les produits locaux, les chansons (surtout celles de Noël), les apéros et j’ai commencé la course à pied récemment.

Mais assez parlé de moi ! Dans cet article, je vous livre ma vision crousti-fondante de l’estime de soi.

Maryse, coach Une touche de joie, passionnée par l’ikigaï et les paillettes
Maryse, coach passionnée par l’ikigaï et les paillettes

Mais en fait, c’est quoi l’estime de soi et d’où vient-elle ?

L’estime de soi est la perception d’une personne de sa propre valeur. Le sociologue Morris Rosenberg la définit comme une orientation positive ou négative envers soi-même, une évaluation globale de sa propre valeur.

L’estime de vous vient de vous-même. Bonne nouvelle, êtres humains vivants que vous êtes, vous pouvez donc la travailler ! Mais elle provient aussi de votre entourage, notamment de vos parents.

Dès la naissance, le cadeau merveilleux que chaque parent peut offrir à son joli bébé (en plus de tous les poutous poutous poutous) est une bonne et solide estime de soi.

Ce cadeau est l’ingrédient indispensable à son épanouissement.

Oui oui, rien que ça! Avant même la jolie chambre inspirée de Pinterest, les magnifiques habits qu’il ne portera qu’une seule fois ou qu’il tachera à cause d’une fuite de… caca (j’ai réussi à écrire ce mot dans un article sur l’estime de soi… #challengeaccepted), les jouets innombrables qui s’empileront dans la salle de jeux,… .

À travers une éducation indispensable, le parent essayera, par tous les moyens, de maintenir cette haute et stable estime de soi.

Pourquoi avoir une bonne estime de soi est-il si important ?

Une faible estime de soi donne lieu à des peurs, des paralysies, une dépendance affective.

Affaibli par le manque de considération qu’il a envers lui-même, l’être humain n’est plus libre de son destin et devient esclave de la conjoncture, des circonstances et de son ego.

On est bien d’accord qu’après lui avoir donné la vie (= le porter, grossir, vomir, souffrir d’hémorroïdes (oui… j’ai aussi réussi à placer ce mot dans cet article #challengeaccepted), terminer le… en chou-fleur (j’ai pas osé être plus précise…)), ce n’est pas ce qu’un parent, ici en l’occurrence la maman, souhaite pour son enfant.

Alors qu’une haute et stable estime de soi offre à l’être humain une motivation et le guide vers le chemin de l’excellence. De plus, il prend conscience de ses qualités et accepte ses défauts. Il se concentre sur ses forces et les met à profit tout en étant ok avec le fait qu’il a également des faiblesses.

Bien sûr que l’on ne peut pas être doué dans tout est c’est ok. Je dirai même plus (merci les Dupond et Dupont) que ce n’est pas parce que l’on est pas capable de tournicoter habilement autour d’une barre de pôle dance sans s’écraser le nez par terre que l’on n’est pas une fabuleuse personne.

C’est bien beau de vous dire tout ça, mais en pratique, comment (s’)offrir ce cadeau ?

Il faut savoir que l’estime de soi se travaille! Pour les enfants, c’est bien de la gonfler à bloc avant sa grande arrivée dans notre monde. Mais bon, quand je vous dis gonfler à bloc, je ne parle pas de votre ventre qui, lui, s’en charge tout seul (enfin, vous m’avez comprise….) Mais même si vous n’avez pas reçu ce cadeau à la naissance ou lors de votre enfance, il n’est jamais trop tard !

L’estime de soi repose sur 3 piliers

  1. L’amour inconditionnel
  2. La vision positive de soi
  3. La confiance en soi

1. L’amour inconditionnel.

Vous l’avez déjà probablement entendu, l’amour est un moteur et non une récompense. Imaginez…
L'estime de soi repose sur 3 piliers : l’amour inconditionnel, la vision positive de soi et la confiance en soi.

Votre enfant, en soif d’expérience, attrape le chat de la voisine et l’enferme dans le micro-ondes. Vous arrivez sur les lieux juste avant qu’il n’appuie sur le bouton, vous êtes horrifié et vous hurlez de panique.

2 situations sont possibles :

  1. Vous hurlez ! Vous sortez vite le chat du micro-ondes et la peur vous fait crier tous les noms d’oiseaux inimaginables (ben oui vous avez eu peur). Plus vous criez, plus votre enfant est tétanisé. Après tout, ça lui apprendra à faire ce genre de bêtise, au moins il ne le refera plus. Mais quel enfant horrible est-il ? Vous ne l’avez pourtant pas éduqué comme cela… Vous n’êtes pas content et exprimez votre colère tout en repoussant votre enfant qui n’arrive pas à gérer sa tempête émotionnelle intérieure. Celui-ci se sent rejeté et doit se débrouiller seul avec ses émotions et en tirer une leçon.
  2. Vous hurlez ! Vous sortez vite le chat du micro-ondes, pauvre bête !
    Après le choc et le sauvetage de l’animal, vous prenez une grande respiration pour vous calmer. Votre premier cri a généré une angoisse auprès de votre enfant de 3 ans. Il comprend qu’il a fait une grosse bêtise et commence à pleurer. Évidemment, il n’arrive pas gérer la tempête émotionnelle intérieure qui le terrasse. Vous le prenez dans vos bras et le serrez très fort… RESPIIIIIIIREZ et continuez à le serrer très fort… Vous commencez, l’un et l’autre, à ressentir une chaleur dans votre corps, le calme revient. Vous venez, l’un et l’autre, de remplir votre réservoir d’amour. Votre enfant est désormais apte à recevoir votre appréciation de la situation sur la transformation du chat en popcorn… Vous lui expliquez que vous n’êtes pas content de son comportement. Vous en profitez pour expliquer à votre enfant que non, on ne peut pas mettre le chat dans le micro-onde.
    L’enfant apprend donc la leçon de manière constructive, son estime de lui n’en est pas pour autant diminuée. Même s’il fait des bêtises, il est digne d’être aimé.

Ce n’est pas parce que l’enfant fait des bêtises qu’il ne mérite pas d’être aimé. Bien au contraire.

T'en fais, pas mon petit loup. C'est la vie, ne pleure pas…

Pierre Perret

Lorsque les parents aiment leur enfant sans condition, l’enfant reçoit le message qu’il a de la valeur, pour eux, mais également, pour le reste du monde.

Bref, de l’amour, de l’amour, de l’amour…. des câlins, des câlins, des câlins!

Et lorsque que les mamys vous disent de les laisser pleurer

  • soit parce que ça développe leurs poumons (oui, oui, j’ai entendu ça!)
  • soit parce qu’il ne faut quand même pas les habituer… On ne sait jamais qu’ils continuent à venir s’asseoir sur vos genoux à 18 ans…

et bien, votre réaction :

  • soit vous envoyez bouler les mamys (oui, oui, vous pouvez…)
  • soit vous leur faites un gros câlin (souvent elles en ont manqué 😉 et ont été élevées à la dure, vive les valises inconscientes à vider) et vous remplissez leur réservoir.

Connaissez-vous la théorie des réservoirs ?

L’idée est de remplir nos réservoirs pour assouvir nos besoins fondamentaux :

  • Besoins vitaux ou physiologiques
  • Besoins de sécurité et protection
  • Besoins d’amour et d’appartenance
  • Besoin d’estime de soi
  • Besoin de se réaliser
    • J’ai faim = j’ai le ventre vide = je deviens de mauvaise humeur = je mange = je remplis mon estomac = je redeviens de bonne humeur.
    • Je suis fatiguée = mes batteries d’énergie sont vides = je deviens de mauvaise humeur = je dors = je recharge mes batteries = je redeviens de bonne humeur.
    • Je me sens triste/seule = je deviens de mauvaise humeur = j’ai besoin d’un câlin, je ressens une vibration et de la chaleur dans mon corps/amour = “serre-moi fort dans tes bras” = je remplis mon réservoir d’amour = je redeviens de bonne humeur.

A ce stade, 2 citations essentielles s’imposent

“Se sentir accepté inconditionnellement est la base fondamentale de l’épanouissement et du bonheur. Quand on se sent aimé en profondeur, quand on a sa dose de contact physique, on peut aller de l’avant, sans avoir besoin de défense ou de protection.”Isabelle Filliozat

“Avant de vous diagnostiquer comme dépressif ou en état de faible estime de vous-même, commencez par vous assurer que vous n’êtes pas juste, en fait, entouré par des trous du cul.” – William Gibson

2. La vision positive de soi = le regard que l’on se porte

Chaque individu possède des talents qui lui permettent de contribuer à l’humanité. Les identifier permet d’avoir une vision positive de soi. #idéequejesersàquelquechose #ikigaï

Un conseil : valorisez votre enfant, encouragez ses talents. Qui sait, peut-être qu’un jour vous serez la mère d’un nouveau Freddie Mercury, Pablo Picasso, Amadeus Mozart, Eden Hazard…

D’un autre côté, il est également essentiel de prendre conscience de ses faiblesses et difficultés et de les accepter.

Exemples :

  • Je ne sais pas changer une roue de voiture et c’est ok.
  • Je ne sais pas chanter comme Céline Dion est c’est ok
  • Je ne sais pas dessiner et c’est ok
  • Je ne sais pas danser la macarena et c’est ok.
  • Je ne sais pas harmoniser ma garde-robe et mon teint et c’est ok (on se fait aider par Pina dans ces cas-là. Pina est notre fabuleuse conseillère en image).
Pina, la fabuleuse conseillère en image d'Une touche de joie
Pina, la fabuleuse conseillère en image. ©Une touche de joie

Exercice pour entretenir sa vision positive de soi : remplir son réservoir de compliment

Votre défi (si vous l’acceptez) est justement d’accepter les compliments et de dire merci !

Facile me direz-vous ? Pas du tout ! Tout dépend de la vision positive que vous avez de vous.

Mais est-ce que vous méritez ce compliment ? Bien sûr !

Donc, lorsque l’on vous dira que cette jolie robe que vous portez vous rend merveilleusement rayonnante et bien vous direz…. “MERCI!”  et c’est tout!

Et surtout pas…

Merci. Mais tu sais, ce n’est pas grand chose. C’est juste une « biesse » robe que j’ai achetée l’année dernière dans une boutique qui liquidait son stock. Je l’ai prise en vitesse ce matin dans ma manne à linge car je me suis réveillée à la dernière minute et c’est la première chose que j’ai trouvé à enfiler avant de partir.

Entraînez-vous, vous y arriverez ! Et si, toutefois, vous avez encore ce mauvais réflexe de vouloir vous justifier après le Merci, vous mordrez votre langue et vous penserez tout bas “J’accepte et je reçois”.

Le conseil en image dans tout ça ?

Pour porter LA robe qui fera pleuvoir une pluie de compliments.

Avec l’estime de soi on peut accomplir de grandes choses. Avoir confiance en soi, comme cité plus haut, c’est aussi lutter contre les petites voix dans notre tête qui nous disent : “ tu devrais éviter ce genre de vêtements / tu n’es pas belle / tu es trop grosse…”

Et si vous décidiez de faire taire ces petites voix ? L’estime de soi c’est aussi prendre conscience de ses capacités et de ses atouts. Oui vous en avez, qu’importe votre morphologie!

Le conseil en image peut aider à ouvrir les yeux sur ce qu’il y a de beau en nous, et nous mettre en valeur ! Vous verrez, les petites voix viendront moins souvent vous embêter !

En connaissant les couleurs qui vous donnent bonne mine, le type de vêtement adapté à votre morphologie, vous ne pourrez pas faire d’erreur dans votre look et c’est tout votre capital “confiance” qui va gonfler de manière considérable.

Se sentir bien dans sa peau passe également par “se sentir bien dans son look”.

Laurence et Maryse, coach Une touche de joie
Laurence et Maryse, coachs et bien dans leur look.

“Si le poids avait de l’importance, l’éléphant serait le roi de la jungle”.
Rickson Gracie

3. La confiance en soi

Avoir confiance en soi, c’est croire en soi, en ses capacités à réussir mais également à rebondir face à l’échec. On pourrait le résumer par confiance en soi = foi + compétence + résilience.

L’estime de soi est un cercle vicieux ou vertueux

Si l’estime de soi est basse, l’échec va affecter l’image que l’on a de soi et la valeur que l’on s’accorde. Par contre, si l’estime de soi est haute, l’échec entraînera certes une déception mais n’affectera pas notre valeur. Après tout, nous avons tous le droit à l’erreur.

L’humain se trouvera toujours digne d’être aimé et aura toujours le droit d’exister.

Et si vous n’en êtes pas convaincu, c’est qu’il est grand temps qu’on en parle, de votre estime de vous !

Bisou !

Maryse, coach passionnée par l’ikigaï et les paillettes.
Texte rédigé avec la complicité de notre collègue Justine.

Rires ou larmes, les deux sont possibles, parfois même en même temps avec notre newsletter.

Cet article vous touche ?

(Rires ou larmes, les deux sont possibles, parfois même en même temps, ça dépend).

Au bout du clic, une newsletter pailletée, des cadeaux, des infos en exclu, des aaaaaaah et des oooooh !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles recommandés

Posts not found

Newsletter

Pour recevoir des pépites en avant-première, des articles inspirants, les programmes de coaching et parfois des cadeaux en exclu.